UPM et troisième mandat, les deux faces de la pièce Ouyahia, ou le changement dans la continuité.

Le retour d’Ahmed Ouyahia à la tête de l’exécutif continue à susciter moult lectures auxquelles le concerné a voulu mettre fin lors de sa conférence de presse vendredi à l’issue du 3ème congrès de son parti. Habitué des lieux et de la fonction, il affirme, d’emblée, avec force assurance, que contrairement à son prédécesseur, il va exercer son rôle avec toutes les prérogatives qui lui sont dévolues. « Oui, je vais exercer pleinement mes prérogatives de chef du gouvernement » a-t-il indiqué. Y aura-t-il des changements notables dans la politique du gouvernement à dix mois de l’élection présidentielle ? Pas si sûr, même si plusieurs dossiers attendent Ouyahia. Et le nouveau chef de l’exécutif en annonce déjà la couleur lorsqu’il affirme que «s’agissant d’un simple remaniement du gouvernement, il n’y aura pas de présentation d’un programme de gouvernement au Parlement». Point de présentation donc d’un nouveau programme. C’est la même équipe qui va appliquer le même programme. Celui du président de la république. Autrement dit, c’est la reconduction des mêmes méthodes et options qui, plus est, seront menées par une équipe léguée par Belkhadem, lui-même, malgré le léger toilettage subi. Ce n’est nullement donc pour remédier à la crise sociale que couve le pays que Belkhadem, dont l’action a été caractérisée par un certain immobilisme, a été remplacé par Ouyahia. Et ce dernier, ne s’en cache point, d’ailleurs. Pour lui, « les priorités du gouvernement ne seront, en aucun cas, déterminées par les pneus qui brûlent ou par les barricades dressées pour barrer les routes. Cela s’appelle atteinte à l’ordre public auquel la loi sera appliquée ». A quoi rime alors cet énième retour d’Ouyahia ? A priori, la question principale qui explique son retour est la révision de la constitution. Celle-ci « aura lieu inévitablement, et via le Parlement » a-t-il affirmé. Point donc de référendum, non plus ? « C’est au président de décider » rétorque-t-il. Or, pour l’heure, le président, lui, ne s’est jamais prononcé sur cette question depuis 1999. Et les contours de cette révision demeure encore flous. Touchera-t-elle le seul article 74 qui consacre la limitation des mandats ou comprendra-t-elle d’autres dispositions ? Le débat semble ne pas être encore tranché, à moins, toutefois, de comprendre à travers l’affirmation d’Ouyahia que la révision ne passera pas par un référendum, que celle-ci ne touchera que l’article 74. Ou alors cherche-t-on à faire pression sur Bouteflika, dont le silence demeure énigmatique, pour lui endosser ce projet de révision, et régler ainsi, définitivement, un épineux problème posé par l’actuelle constitution, à savoir la limitation des mandat, même si Bouteflika, lui-même, n’y briguera pas un troisième mandat, vu son âge et son état de santé ? Les prochain mois, si ce n’est les prochains jours, apporteront certainement d’avantages d’indices pour éclairer, un tant soit peu, la question.  Autre question, et d’importance, elle aussi, qui pourrait expliquer ce retour est la participation de l’Algérie à l’UPM. S’étant déjà prononcé en faveur du projet avant même sa désignation, Ouyahia qui a été l’envoyé du président de la république pour représenter l’Algérie lors de plusieurs sommets, et qui a montré ses preuves en diplomatie, notamment lors du règlement de la crise des Touareg du Mali, pourra, le cas échéant, remplacer Bouteflika à ce sommet. Ce changement du chef de l’exécutif n’obéit-il donc pas, en définitive, juste à un impératif de recentrage politique des rapports de force au sein du système, en vue, certainement, d’un meilleur consensus, plutôt qu’à une volonté d’impulser une nouvelle dynamique ou de tracer un nouveau cap à l’économie, même si le nouveau locataire du palais du gouvernement, constituerait « un gage » important aux opérateurs économiques nationaux ? La question demeure, la réponse aussi d’ailleurs.    



Laisser un commentaire

LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Global-Village |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...